Archive for the ‘LEXIQUE’ Category

COALITION UTILITAIRE – LOISIR

jeudi, avril 3rd, 2014

Coalition Utilitaire – Loisir: union de fait entre les obligations et les loisirs. Un des secrets pour se tenir en forme sans s’obliger à. Pour un Cycliste Utilitaire cela prend différentes formes. Par exemple pour aller faire son épicerie, il s’arrêtera en chemin à un sympatique café, fera ensuite son épicerie et reviendra par une piste cyclable de loisir ou s’arrêtera dans un parc tout ça en ayant choisi une belle journée pour le faire. Le Cyclomobiliste de confort évitera le mauvais temps en troquant son vélomobile pour le transport collectif. Pour les amateurs de sports extrèmes, il y a le cyclisme hivernal urbain dans une ville nordique typique sans services pour les Cyclomobilistes. Cela satisfera leur goût du défi et éprouvera leur endurance ! Dans tous les cas, il s’agit simplement d’utiliser un peu, beaucoup ou passionnément sa « machine » à pédales sans penser en arrière plan qu’il « faut » s’entrainer, qu’il « faut » se tenir en forme, qu’il « faut »… Aucune « obligation », que de l’utilitaire attaché avec un mode « loisir » cyclé à son choix.

Le VÉTRO 2050

mardi, mars 4th, 2014

Le Vétro 2050: Imaginez que vous avez de l’imagination… La pétrocratie s’est finalement effondrée et les alternatives anciennement boudées commencent à pouvoir s’épanouir, enfin… On est en 2050 et il faut repenser puis refaire le métro pour y inclure de nouveaux passagers autonomes: les Cyclomobilistes. Ceci n’est qu’une esquisse préliminaire (soyez indulgents ;-)) des ingénieurs en aérodynamisme et des spécialistes en sécurité civile définiront avec plus de précision les détails techniques, juridiques etc. mais inspirons nous quand même de l’idée de base en regardant le croquis très sommaire ci-dessous qui utilise un phénomène bien connu de la STM: l’effet piston. 1) chaque côté de la voie de métro on fait une piste cyclable protégée, éclairée et surveillée, aménagée en tunnel de vent unidirectionnel. 2) les passagers piétons attendent le métro hors des pistes cyclables sur le quai car les cyclistes y circulent. 3) quand le métro d’une voie arrive au quai, une lumière avertit les cyclistes de cette voie qu’ils doivent s’arrêter dans le tunnel à l’entrée du quai (la ventillation propulsante s’arrête automatiquement) puis une guérite descend à l’entrée du quai pour les bloquer sur la rampe d’accès dans le tunnel (principe similaire aux traverses de chemins de fer avec les automobiles). 4) les passagers piétons embarquent et débarquent alors des wagons traversant la piste cyclable libre de tout cycliste. 5) le train repart puis la guérite d’arrêt des cyclistes se lève laissant fluide la circulation à deux roues sur la piste du quai (tout cycliste sortant de cette piste doit marcher à côté de son vélo) ayant un petit rebord avertisseur pour séparer piétons et cyclistes. 6) au bout du quai la pente descendante redonne un bon élan aux cyclistes et la ventilation unidirectionnelle leur donnent un coup de pouce pour une vitesse de 25 Km/h sans efforts. 7) les dépassements sont interdits et impossibles dans le tunnel propulsant mais permis sur les quais grâce aux doubles voies cyclables. Bref, ce n’est qu’un aperçu sommaire mais imaginez qu’enfin le génie humain soit afffairé à réaliser cette petite merveille urbaine ! Imaginez le confort des déplacements cyclistes l’hiver ou par temps maussade dans le Vétro ! Quelle sera la première ville à le réaliser sur cette planète ?

Le PIÉTON-MOTEUR

lundi, février 3rd, 2014

Le Piéton-moteur: c’est le piéton régulier, le piéton le plus fréquent, celui pour lequel on fait un ou deux trottoirs le long de chaque rue de pétromobile alors qu’on ne transmet qu’au compte-gouttes des miettes de facilités cyclables aux Cyclomobilistes. Mais pourquoi donc cette disparité existe-t-elle ? Après tout, un trottoir est excessivement plus dispendieux à faire qu’une voie cyclable sur la rue ! Examinons un peu… Le piéton usuel sort de chez lui pour faire quelques mètres (accéder à son CHAR) ou quelques centaines de mètres  (accéder au transport collectif) et l’inverse pour revenir chez lui. Pourquoi dispose-t-il d’environ 12,400 Km de trottoirs (Montréal, Qc) pour protéger sa vie et sa sûreté (Charte des Droits et Libertés art.1, Qc) dans ses déplacements pour si peu de Km parcourus comparé au Cyclomobiliste moyen (15 Km) ? En contre partie ce dernier doit survivre au cruel « dooring » et côtoyer les dangereux pétromobiles (quand il ne roule pas sur les quelques maigres dizaines de Km de voies cyclables urbaines) et parcoure au moins 10 à 20 km par jour sur son cyclomobile. Hum, voyons voir… La seule différence entre le piéton typique et le Cycliste Urbain c’est que le premier fait « vivre » les moteurs, les machines, la Pétrocratie ! Comment expliquer autrement que pour environ .013% (+-200 m piéton/ +-15,000 m cycliste) du chemin parcouru par piéton (par rapport à un Cycliste Urbain) on accorde aux Cyclistes Urbains seulement .008% de voies cyclables (+-100 Km pistes / +-12,400 Km trottoirs) ? Dit autrement, comparé aux Cyclistes Urbains, les piétons Montréalais bénéficient de 99.2% des infrastructures pour leur déplacements. Ah mais, il y a beaucoup plus de piétons dira l’autre… Ce ne serait pas plutôt parce qu’il manque systématiquement d’accès cyclables sécuritaires que la majorité citoyenne s’abstient du risque de rouler en vélo en ville (comme le démontrent toutes les études sur le sujet) par pur réflexe de sécurité personnelle dans la jungle urbaine motorisée ? En bout de ligne, le résultat est visible, le piéton standard est un bien meilleur ami de la motorocratie que le bio-motorisé qu’est le cycliste et la motorocratie remercie le piéton avec plus de 12,000 Km de trottoirs pour sa sécurité face aux pétromobiles ! Zéro conspiration, 100% retour d’ascenseur ! Utilise la motorocratie et celle-ci t’aimera. Quant au biologique, au naturel, à l’écologique implicite avec le transport vélo, à l’environnement ben… personne n’est contre la vertu Néo, en autant que celle-ci ne vienne surtout pas s’imposer et déranger la dictature du « monde des machines ».                         Morpheus

CÂBLES et CÂBLES

jeudi, janvier 23rd, 2014

Câbles et câbles: Tous les câbles de vélos ne sont pas créés égaux. Il y en a en acier, d’autres en acier inoxydable, d’autres en acier recouvert de teflon. Certains aciers sont de moindre qualité. Les câbles de changement de vitesse n’offrent pas de légère extensibilité contrairement aux câbles de freins (heureusement !). Certaines gaines s’arriment mieux que d’autres avec certains câbles. Et le diamètre du câble varie selon le type d’utilisation. Pour un vélo de grandes distances, la légèreté est la toute première considération. Pour un vélo 3 saisons froides ce qui est primordial c’est la fiabilité. Un câble standard en acier n’est pas idéal car la rouille s’installera sur le câble et il y aura des dépôts sur la gaine (à moins d’une lubrification en profondeur régulière). Cela finit par empêcher le déplacement du câble dans la gaine en bloquant la fonctionnalité qui y est attachée (freins, vitesses). Il est donc fréquent de changer presque annuellement ces câbles et les gaines qui vont avec. Ils sont par contre peu dispendieux si vous faites une lubrification en profondeur vous-même au début de l’automne et au début du printemps. Un autre option (pour le vélo 3 saisons froides) est d’installer des câbles vraiment conçus pour ne pas rouiller. Ils sont insensibles à  la rouille, ne nécéssitent pas d’entretien et sont à la fois plus fiables et sécuritaires qu’un câble bas de gamme mal ou non entretenu. Si vous êtes prêts à mettre 30$ ou plus pour une paire de câbles haute fiabilité (ex: JagWire ou un équivalent), vous aurez l’esprit tranquille pour bien des saisons froides, sans dépenser du temps d’entretien !

LE MEILLEUR VPU ?

mercredi, décembre 18th, 2013

Le meilleur VPU ? Tout est bien sûr relatif concernant les Vélos Pliants Urbains mais on peut accorder la médaille d’or au DownTube-9 avec son excellent rapport qualité/prix pour l’usage urbain et route verte en poussière de roche. Il pèse 26 lbs, a 9 vitesses bien réparties (route/montée de pentes), inclus la suspension avant (très utile avec les roues de 20″ sur chaussée cahoteuse et craquelée pour maintenir stabilité, vitesse et confort) et affiche un prix de détail sous les 800$. Il y a des VPUs plus légers (20 lbs) mais ils sont beaucoup plus dispendieux et n’ont généralement pas la très appréciable suspension avant. Il y a des VPUs à moins de 9 vitesses mais il leur manque soit le « boeuf » pour les montées de pentes abruptes, soit une vitesse de route passé 22 Km/h. Il y a aussi les suspension double (avant et cadre) mais le poids, le prix ou le problème « pogo » en pédalant un peu trop dynamique en diminuent l’attrait. Et que dire des bas de gamme sous les 300$ en acier, pesant plus de 30 lbs, mal foutus avec des composantes « el cheapo » dont le seul usage utile serait l’hiver dans le calcium et la gadoue pleine de grenailles de roches ? Non vraiment, l’or 2013 va au DownTube-9 !

PRESSION des PNEUS

mardi, novembre 12th, 2013

Pression des pneus: élément crucial affectant la vitesse, la stabilité, la protection des jantes et le confort. La bonne pression des pneus varie selon plusieurs facteurs. Vélo de route = haute pression. Vélo de ville sur asphalte = moyenne pression. Vélo de montagne sur tout terrain ou vélo d’hiver = basse pression. Ce sont les premières considérations générales, ensuite: lire les indications de pression PSI: xxx-yy (ex: 100-60). Les pressions les plus élevées se retrouvent sur les pneus de vélo de route (ex: 700 x 23 PSI 120 – 90) les plus basses sur les pneus larges, d’hiver ou tout terrain (ex: 26 x 1.95 PSI 60 – 30). Par exemple, une pression basse sur un 120 – 90 c’est entre 90 et 95. Pour les conditions glacées, enneigées et asphaltées sous zéro, un pneu plus large à basse pression est plus sécuritaire car il « colle » mieux à ces surfaces. L’autre côté de la médaille c’est la perte de vitesse moyenne par résistance accrue. Un autre facteur important c’est le relief du pneu: mordant (différents reliefs possibles selon l’usage) versus lisse (seulement pour l’asphalte non glacée) versus hybrides variés. Comme pour les vélos, aucun pneu ne peut satisfaire à 100% toutes les nécessités. À moins que la sécurité, l’efficacité ou la fiabilité soit pour vous des « concepts philosophiques » qui ne vous regardent pas, votre vélo aura comme les CHARs des pneus d’été et des pneus d’hiver.

DOORING – EMPORTIERAGE

lundi, novembre 4th, 2013

Dooring: expression anglophone pour indiquer qu’un(e) cycliste est entré(e) en collision avec une portière de CHAR qui s’est ouverte à son passage. Emportièrage en français. Près du tiers des décès de cyclistes rapportés en ville sont causés par l’emportièrage. Les statistiques de la SAAQ donnent 1 décès annuellement au Québec et au moins 3 emportièrages non mortels pas semaine juste à Montréal (SPVM). De nombreux facteurs sont impliqués: la vitesse du vélo lors de l’impact (plus vite = plus dangereux), la proximité du vélo longeant le CHAR, la largeur du guidon (plus de 21″ est plus vulnérable), le type de vélo (les VPA sont moins sujets à l’effet catapulte), la largeur de la portière (les « 2 portes » sont habituellement plus longues que les « 4 portes »), l’endroit de l’impact sur le vélo (avant, sur ou après le guidon), la distraction du conducteur du CHAR, la largeur de la rue, la largeur de la piste cyclable longeant les CHARs stationnés (en fonction de l’absence de zone « portière ouverte » non cyclable), la largeur/proximité du véhicule motorisé dépassant le vélo à sa gauche (l’obligeant temporairement à devoir frôler les CHARs stationnés à sa droite), les amandes ne dissuadant pas suffisamment les pétromobilistes de BIEN regarder avant d’ouvrir leur portière, le code de la route (CSR 167 ne considérant pas l’en-portage comme un « accident » et CSR 487 obligeant les Cyclomobilistes à circuler à droite du pavé), l’offre inexistante de portières coulissantes sur tous les modèles de CHARs, les municipalités et les gouvernements laxistes sur la sécurité des cyclistes (malgré l’article 1 de la Charte des droits et libertés de la personne: droit à la sûreté et l’article 628.1 du CSR insistant sur la sécurité et la mobilité des personnes), l’absence de vélo ayant un pare-choc anti en-portage (offre commerciale inexistante), la pétrocratie qui s’en fout en ne fournissant pas suffisamment de pistes cyclables urbaines sécurisées etc. etc. etc. Attention… Heurter une porte métallique de plein fouet ça peut être handicapant à vie voire FATAL. Pourquoi ne pas améliorer un vélo de livraison pour en faire un vélo urbain efficace puisqu’il offre déjà une protection naturelle contre le « dooring » ?

LE CANCER EST DANS L’AIR

jeudi, octobre 24th, 2013

Le cancer est dans l’air: titre d’un petit article parut le 21 octobre 2013 dans le journal 24h de Montréal. « La pollution de l’air est devenue -le plus important agent cancérogène environnemental- devançant l’amiante, le tabac et le rayonnement ultra-violet, a révélé le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC le 17 octobre 2013, (OMS)). -L’air respiré par la majorité des gens est maintenant pollué par un mélange complexe de substances qui causent le cancer-, à dit Kurt Straif, le directeur du département du CIRC qui évalue les produits cancérogènes. » Et Francesca Dominici de l’Université de Harvard de renchérir: « On peut choisir de ne pas boire ou de ne pas fumer, mais on ne peut simplement pas décider de ne plus respirer. » Hé ben… On n’arrête pas la science de découvrir ce que beaucoup devinaient depuis les débuts du CHAR ! Mais pensez-vous vraiment que cela va ébranler la locomotive pétrocrate ? Pas le moins du monde voyons !  Par contre ils travaillent fort en coulisses à augmenter les tarifs de l’électricité jusqu’au prix équivalent du litre par rapport aux déplacements en Km. Ils se convertiront ensuite vertueusement à l’électricité (ou toute autre énergie verdissable sous leur contrôle) sans perte de profits et pourront ensuite se peter les bretelles en se vantant d’être verts ! Schiste alors !

CHARTE des DROITS et LIBERTÉS de la PERSONNE

mardi, octobre 8th, 2013

Charte des droits et libertés de la personne.

Article 1: Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne.

Article 15: Nul ne peut, par discrimination, empêcher autrui d’avoir accès aux moyens de transport ou aux lieux publics…

Article 54:  La Charte lie l’État.

Déduction logique: Puisqu’un(e) cycliste est un être humain, se transporte dans des lieux publics (autre que les autoroutes ou voies spécifiquement défendues aux cyclistes par l’État) et que la Charte lie l’État (qui est au-dessus des municipalités), il est légalement clair qu’aucune municipalité ne peut restreindre le Cyclomobilisme sur ses rues publiques par manque d’infrastructures cyclo-utilitaires sécuritaires (sûreté) ou avec l’argument que les cyclistes n’ont qu’à rouler sur les route vertes (discrimination). La charte est carrément sans équivoque, la pétrocratie par contre…

LES INDÉSIRABLES

mercredi, septembre 4th, 2013

Les indésirables. Les pétromobilistes ne les veulent pas sur LEURS rues. Voulez-vous vraiment qu’ils soient permis sur VOS pistes cyclables ? Pensez-y comme il faut… Si LEURS autoroutes ne sont pas des pistes de courses, pourquoi VOS pistes cyclables seraient des espaces à pirouettes pour apprentis acrobates ? (Note: les racings skates n’entrent pas dans la catrégorie « pirouetteuse » donc, ils sont acceptables)