Archive for mai, 2017

ANTICIPATION SÉCURITAIRE

mardi, mai 30th, 2017

Anticipation sécuritaire: sa polarité opposée est la témérité et l’insouciance: il est pathétique de constater comment les anciens téméraires ou insouciants deviennent tout à coup plus prudents quand des événements douloureux leur ont donné une leçon. On veut maintenant alerter les autres, on réclame plus de sécurité, plus d’infrastructures, moins de risques etc. Est-ce que le bonheur de conduire un vélo vient avec l’insouciance ? Est-ce que la prise en compte de la sécurité tue tout plaisir ? Il est aussi peut fréquent d’être jeune et prudent qu’agé et téméraire. La voie du milieu est sans doute un mélange équilibré de prévoyance et de légèreté. Puisque le Cyclomobiliste est un utilisateur vulnérable dans la jungle urbaine, il importe qu’il soit encore plus prudent que l’automobiliste qui a une carosserie et plusieurs coussins gonflables pour sa sécurité en cas de collision. La première compétence à acquérir en vélo urbain est l’anticipation sécuritaire. On conserve la bonne humeur mais on accepte que le pire puisse se produire dès qu’il y a quelques pétrosaures dans l’environnement. Cela élimine les mauvaises surprises mais réduit aussi la vitesse de déplacement générale. Par exemple, quand il faut frôler les voitures stationnées, il faut anticiper que dans toutes celles dont on voit (ou ne peut voir) si un conducteur est présent, une portière peut s’ouvrir devant nous. Il faut éviter l’insouciance ou la banalisation du danger potentiel. Par exemple, à un arrêt au quatre coins, il ne faut pas assumer que parce qu’on est arrivé en premier, le véhicule motorisé à l’intersection va nécessairement nous céder avec courtoisie le passage et qu’on peut  y aller « full pin » sans vérification du regard… Les mois de mai et juin sont toujours pleins d’imprévus qu’il faut anticiper comme le récréo-smog de tout acabit. Tant que les Cyclistes Urbains devront côtoyer les masses métalliques motorisées à leur risques, sans reconnaissance officielle juridique de leur droit à la sûreté (Charte des droits et liberté, article 1) il leur faudra utiliser l’anticipation sécuritaire et l’évitement stratégique. La joie de conduire un vélo serait plus facile à expérimenter s’il y  avait plus d’infrastructures pour les déplacements sécuritaires. Mais en attendant, il faut pratiquer cet art martial particulier qu’est l’anticipation sécuritaire des cyclistes urbains dans le cancer des structures bitumo-bétonisées dévitalisantes dont les veines sont envahies par les déplacements des C.H.A.R.S. et que les modernes appellent fièrement « villes » issues du « progrès ».