SOMBRE, COOL, mais TRÈS VULNÉRABLE

Sombre, cool, mais très vulnérable: plusieurs Cyclistes Utilitaires semblent suivre une mode « cool » mais particulièrement dangereuse dans l’environnement urbain pétro-mobilisé. On dirait qu’ils pratiquent un sorte de camouflage inconscient qui les confond avec l’asphalte le jour et avec la nuit la nuit. Accoutrement sombre, aucun déflecteurs sur le vélo (illégal) ni sur le linge ou le casque, utilisation de couleurs ternes qui facilite leur disparition visuelle dans le décor urbain. Faut-il se surprendre qu’un autre cycliste ou pire, un 1500 Kg de métal motorisé (souvent distrait par son cellulaire) les frappe parce qu’ils ne les ont pas vu ? Une étude Etats-Unienne à mis en lumière que 80% des cyclistes qui se rendent à l’hôpital à cause d’une collision avec un engin motorisé n’a pas été vu par son conducteur 8 fois sur 10 ! En vélo dans la jungle motorisée, il faut choisir entre avoir un look « à la mode » statistiquement très risqué, ou rester en vie et en santé. Être « invisible » ou être clairement visible, tel est le choix. Les Cyclistes Utilitaires d’expérience ont les déflecteurs requis sur leur vélo ainsi que les lumières pour la conduite de nuit en plus de vêtir au moins UN article fluo (ou de couleur vive) à la hauteur du champ de vision des potentiellement dangeureux pétrosaures. Gants fluo ou/et dossard fluo ou/et casque fluo (surtout pour les VPhistes). C’est UNE des raisons qui augmente leur niveau de sécurité et cela fait aussi partie intégrante de la « coque virtuelle » des Cyclistes Urbains (en attendant qu’il y ait suffisamment d’infrastructures et de lois plus justes pour les protéger mieux). Mais pour parfaire leur sécurité, les Cyclistes Utilitaires doivent pratiquer la technique VFC en plus de leur visibilité. L’insouciance indolante cache-t-elle un esprit suicidaire qui s’ignore ? Être « cool » vaut-il la peine d’y laisser sa peau? La défiance du risque à saveur roulette russe vaut-elle le reste de sa vie en chaise roulante ? Il nous faut un psy !

Sombre et tres vulnerable

Comments are closed.