Le PIÉTON-MOTEUR

Le Piéton-moteur: c’est le piéton régulier, le piéton le plus fréquent, celui pour lequel on fait un ou deux trottoirs le long de chaque rue de pétromobile alors qu’on ne transmet qu’au compte-gouttes des miettes de facilités cyclables aux Cyclomobilistes. Mais pourquoi donc cette disparité existe-t-elle ? Après tout, un trottoir est excessivement plus dispendieux à faire qu’une voie cyclable sur la rue ! Examinons un peu… Le piéton usuel sort de chez lui pour faire quelques mètres (accéder à son CHAR) ou quelques centaines de mètres  (accéder au transport collectif) et l’inverse pour revenir chez lui. Pourquoi dispose-t-il d’environ 12,400 Km de trottoirs (Montréal, Qc) pour protéger sa vie et sa sûreté (Charte des Droits et Libertés art.1, Qc) dans ses déplacements pour si peu de Km parcourus comparé au Cyclomobiliste moyen (15 Km) ? En contre partie ce dernier doit survivre au cruel « dooring » et côtoyer les dangereux pétromobiles (quand il ne roule pas sur les quelques maigres dizaines de Km de voies cyclables urbaines) et parcoure au moins 10 à 20 km par jour sur son cyclomobile. Hum, voyons voir… La seule différence entre le piéton typique et le Cycliste Urbain c’est que le premier fait « vivre » les moteurs, les machines, la Pétrocratie ! Comment expliquer autrement que pour environ .013% (+-200 m piéton/ +-15,000 m cycliste) du chemin parcouru par piéton (par rapport à un Cycliste Urbain) on accorde aux Cyclistes Urbains seulement .008% de voies cyclables (+-100 Km pistes / +-12,400 Km trottoirs) ? Dit autrement, comparé aux Cyclistes Urbains, les piétons Montréalais bénéficient de 99.2% des infrastructures pour leur déplacements. Ah mais, il y a beaucoup plus de piétons dira l’autre… Ce ne serait pas plutôt parce qu’il manque systématiquement d’accès cyclables sécuritaires que la majorité citoyenne s’abstient du risque de rouler en vélo en ville (comme le démontrent toutes les études sur le sujet) par pur réflexe de sécurité personnelle dans la jungle urbaine motorisée ? En bout de ligne, le résultat est visible, le piéton standard est un bien meilleur ami de la motorocratie que le bio-motorisé qu’est le cycliste et la motorocratie remercie le piéton avec plus de 12,000 Km de trottoirs pour sa sécurité face aux pétromobiles ! Zéro conspiration, 100% retour d’ascenseur ! Utilise la motorocratie et celle-ci t’aimera. Quant au biologique, au naturel, à l’écologique implicite avec le transport vélo, à l’environnement ben… personne n’est contre la vertu Néo, en autant que celle-ci ne vienne surtout pas s’imposer et déranger la dictature du « monde des machines ».                         Morpheus

Comments are closed.