PING PONG et JURIDICTIONS

Ping pong et juridictions: un Cyclomobiliste de banlieue aimerait bien éviter les kilomètres de détours contre efficaces et passer directement à Laval sur la route verte par le pont de la voie ferrée du train de banlieue (actuellement non cyclable pour passer la rivière des Mille Îles mais pourtant cyclable de Laval à Montréal pour passer la rivière des prairies). Il demande à sa mairie si cela peut être fait. On lui répond que ce n’est pas de sa juridiction et de demander à l’ATF (Agence de Transport Ferrovière gérant le train de banlieue). Il fait donc la demande à l’ATF et se fait répondre que cela dépend du gouvernement Provincial (Québec). Il demande alors à son député régional qui lui répond qu’un pont ça dépend du Fédéral (gouvernement Canadien). Il demande alors au député fédéral régional qui lui répond que ce pont est privé et appartient au CP (Canadien Pacific). Il demande donc au CP qui lui répond qu’ils ne sont plus seuls à décider mais et qu’il faut que les partenaires États-Uniens prennent part la la décision. Deux mois plus tard, notre Cyclomobiliste reçoit une réponse favorable du CP mais conditionnelle à la décision du gouvernement canadien. Celui-ci est avisé et lui répond que sa réponse est conditionnelle au gouvernement provincial. Québec n’est pas contre mais sa réponse sera conditionnelle à une réponse favorable de l’ATF. Cette agence n’est pas contre mais sa décision sera conditionnelle à une réponse favorable da la mairie de sa municipalité. La mairie n’est pas contre mais attend l’approbation de la majorité des ses automobilistes locaux. Ces derniers ne voient pas en quoi cela leur serait utile (ils devraient pourtant, un Cyclomobiliste, c’est un CHAR de moins dans leurs bouchons quotidiens) ils craignent une augmentation de leurs taxes et refusent. Quand notre Cyclomobiliste (qui possède aussi une auto) demande aux automobilistes qu’il rencontre pourquoi ils sont contre un accès cyclable sur le pont de la voie ferrée il se fait souvent répondre quelque chose du genre: « aie toé, commence par payer toutes les pétro-taxes qu’on nous met sur le dos, pis arrête de chialer, t’as déjà une piste cyclable verte de Vancouver à Halifax « . C’est alors qu’il réalise enfin qu’il vit au Pétrokistan. Hors du pétrole, point de salut sur les autorues et même en dehors !

Comments are closed.