VÉLO 2 SAISONS

Vélo 2 saisons: pourtant on est bien sur le site Vélo 4 Saisons ! En effet, ici l’allusion est faite au niveau du vélo lui-même. Pour ce dernier, il n’y a en fait que deux saisons différentes: celle où l’asphalte est rare et souvent recouverte (neige, glace, gadoue…) et celle où l’asphalte est suffisamment présente. Cette dernière est aussi appelée saison d’asphalte (quelle que soit la température, au-dessus ou sous zéro) et inclus bien sûr l’été mais aussi la fin de l’automne et de l’hiver. La saison de rareté d’asphalte se situe surtout entre décembre et février (plus ou moins selon les années et les régions Québécoises). Cette saison de rareté asphaltique nécessite une configuration pneumatique adaptée pour la sécurité du conducteur. Pneus avec relief agressif pressurisés au minimum recommandé par le manufacturier (idéalement à clous au sud du Québec à cause de l’abondance de glace sur les rues). Mais dès la fin février en général, le vélo d’été bien lubrifié avec de bon pneus de ville peut très bien recommencer sporadiquement puis complètement à rouler jusqu’au début décembre selon la disponibilité asphaltique. Il existe une polémique chez les Psychlistes à savoir si oui ou non il faut des pneus à clous parce que ceux-ci ne sont vraiment utile que sur la glace ou la neige glacée et ne servent à rien dans la neige. Mais comme la saison froide des sous zéro (au Québec toujours) commence vers la mi-novembre et se termine vers la mi-mars et que c’est la période dite des « cyclistes hivernaux », il y a donc en fait deux « saisons vélo » dans cette unique saison froide, celle de rareté d’asphalte et d’abondance de glace (surtout au sud du Québec) et l’autre d’asphalte qui dure environ 8 à 9 mois en tout. Mais on s’entend que pour le(la) Cycliste Urbain(e), c’est en réalité cinq conditions météo annuelles auxquelles il(elle) doit être préparé(e): 1-canicules, 2-pluies, 3-froid, 4-vent et 5-beau temps ! Quatre saisons c’est pour le calendrier, deux saisons pour la machine vélopédique et 5 « saisons » pour le(la) cycliste. Asphalte, neige ou glace, telle est la question. Le pneu est l’unique élément maintenant le contact direct entre le(la) Cyclomobiliste et la chaussée. Si ce contact est inapproprié… Bonne chance 😉

Comments are closed.