LE VRAI PROBLÈME DU VÉLO D’HIVER

Le vrai problème du vélo d’hiver: immédiatement les gens diront « le froid » ! D’autres diront « c’est dangeureux ». Éclaircissons un peu le sujet. D’abord au 21e siècle avec les matériaux de vêtements (polar et cie) et de vélos (pneus à clous et cie) il n’y a pas de problèmes à rouler l’hiver bien équipé tant qu’on est pas dans le territoire du Petroctituk. Il est là le problème. Depuis le début du déneigement des pistes cyclables qui se font encore avec les mauvais outils, les cyclistes de neige et glace leurs préfèrent de loin les trottoirs (les autres semi cyclistes hivernaux ne roulent que sur l’asphalte avec des vélos d’été (heureusement !)). Et quand elles ne sont pas disponibles, les autorues sont bordées de roulières glacées et risquées pour les Psychlistes. Il est là le problème. Oubliez le froid ou le déplacement sur la glace ou la neige une fois bien équipés pour du vélo quatre saisons. Votre vrai problème tient à la gestion pétrocratique de l’espace cycliste utilisable soit tout pour le « char » et son piéton mais que des miettes minuscules pour les Cyclomobilistes. Il y en a des pires mais au Québec on est surtout pas les meilleurs et ça revient presque au néant hors de Montréal. Non, l’hiver n’est vraiment pas le problème du vélo d’hiver.

Comments are closed.