ASYMÉTRIE DES VITESSES

Asymétrie des vitesses: piétons, cyclistes et motoristes ne se déplacent pas à la même vitesse c’est bien connu. Ce qui l’est moins ce sont les problématiques de cohabitation de ces différentes vitesses en milieu partagé et les solutions pour les harmoniser pour la sécurité des « sans-coques ». De plus, il y a asymétrie des vitesses entres cyclistes qui causent d’autres problématiques spécifiques dont certaines règlementations ne tiennent pas compte. Par exemple, il est souhaitable de nuit, d’avoir deux clignotants (en plus des déflecteurs obligatoires), soit un rouge à l’arrière du vélo et un blanc à l’avant. Mais pour le Cyclomobiliste urbain rapide, le clignotant avant doit être beaucoup plus « affirmatif » que le rouge arrière. Pour le cycliste des routes de 70 Km/h et +, nocturne, c’est l’inverse à cause de la vélocité arrière accrue des motoristes qui viennent dans sa direction. Autre cas, un(e) Cyclomobiliste peut occuper la place d’un véhicule motorisé quand il doit tourner à gauche (CSR 487) (on attend toujours l’arrivée des « sas » pour améliorer cela). Mais pour combien de temps devant un véhicule motorisé ? Cette manoeuvre n’irritera pas les motoristes si la vélocité du Cycliste Utilitaire est suffisante mais l’irritera si ça le ralentit trop longtemps ! Hey l’escargot, dégage ! pense-t-il. Car ce qui irrite le pressé, c’est le non-pressé dans ses pattes et souvent même seulement le moins vite que lui. la religion moderniste implique l’augmentation compulsive de la vitesse même si la vitesse tue ! (+-450 morts annuellement juste au Québec) (ref: Aliénation et accélération, Hartmut Rosa)

Comments are closed.