Archive for September 23rd, 2010

LA BANLIEUE, PARADIS et ENFER

Thursday, September 23rd, 2010

La banlieue, paradis et enfer: pour un Cyclomobiliste, toutes les rues des quartiers de bungalows des banlieues sont de merveilleuses pistes cyclables (à condition d’avoir une carte routière au début !) car les banlieusards se hâtent tôt le matin pour accéder aux voies rapides afin de créer les bouchons de circulations bi-quotidiens, souffrir de manque d’oxygène et la pollution (benzene, ozone et autres micro-poussières artéro-sclérosantes) des centaines d’autres motoristes devant lui en s’amnésiant de ce purgatoire à l’antenne de son poste de radio favori. Mais quand le Cyclomobiliste doit sortir de ces tranquilles quartiers pour traverser ces mêmes voies rapides, le plus souvent l’enfer montre ses couleurs: dangereux viaducs sans pistes cyclables, accès interdits aux autoroutes, longs détours pour trouver une traverse ou un pont cyclable, promiscuité avec le danger motorisé dominant sans protection de carrosserie et de coussins gonflables, soumis à l’infâme no-fault, inspiration d’air sale et poussièreux plus faible en oxygène et sentiment très palpable de ne pas être le bienvenue dans le sacro-saint espace de l’automobile triomphante ayant crée la banlieue et les bouchons de circulation. Si les maires de banlieues comprenaient cela, ils investiraient plutôt dans les accès et espaces sécurisés pour vélos pour traverser ces voies “rapides” afin que plus de motoristes se transforment en Cyclomobilistes, ainsi allégeant les bouchons de circulations pour les autres qui restent. Tous ces maires de banlieues comprendraient alors qu’un vélo, c’est aussi un char de moins sur la route (un autobus rempli c’est 50 chars de moins)! Et qu’un banlieusard heureux, c’est un vote de plus dans leur poche ! Allez, un peu de vision, un vélo c’est pas seulement un objet de routes vertes. C’est aussi un VÉHICULE tel que le stipule clairement le CSR Québécois.